Découvrir Epinay > Historique
  • epinay-sur-orge-slide-1.jpg
  • epinay-sur-orge-slide-2.jpg
  • epinay-sur-orge-slide-3.jpg
Historique

Blason d'Epinay-sur-OrgeEpinay et Saint-Germain-des-Prés

C'est au VIIIe siècle qu'apparaît pour la première fois le nom d'Epinay-sur-Orge, mentionné par le livre Censier (livre où s'enregistraient les cens), entre autres seigneuries de l'Abbaye de Saint-Germain-des-Près. Notre commune tire son nom d'un arbuste, le prunellier :
« Spinetum ». Cependant, la découverte de pointes de flèches, grattoirs en pierre polie, armes en silex, révèle les traces d'une occupation humaine dès la préhistoire. 

En 810, au temps de Charlemagne, Epinay regroupait ses 246 habitants en 43 maisons, ramassées autour d'une église, mais incendies et guerre ont effacé toute trace de cet état ancien.

Au XIIe siècle, Epinay dépend toujours de l'Abbaye de Saint-Germain-des-Près, et le domaine s'agrandit encore de la Seigneurie du Breuil, où sont construits la ferme de la Grange, le moulin et l'Hôtel du Breuil.

Les colonnes du Chœur de l'église Saint-Leu et Saint Gilles et le clocher datent de cette époque. Au XIVe siècle, feuillages, moulure et pans de bases viennent orner chapiteaux et colonnes de l'église.

Heurs et malheurs

Au XVe siècle, l'Abbaye abandonne une partie du Temporel de la Seigneurie d'Epinay, au profit de Barnabé Brisson, Avocat général au Parlement de Paris, sous Henri III. Il devenait ainsi, comme en témoigne la coutume de Paris de l'an 1480, premier seigneur d'Épinay et de ses 411 habitants. L'église est complétée, vers 1458, par la Chapelle Saint-Roch.

Hélas ! le 15 novembre 1491, Brisson, devenu Président à Mortier du parlement, est arrêté à 9 heures, confessé à 10 heures, pendu à une poutre du Châtelet à 11 heures. Ses armes « d'Azur à trois fusées d'argent, posées en fasce », sont celles d'Epinay.

Peu après 1522, Epinay devient la « paroisse » de la Seigneurie du Breuil, comprenant, outre le Petit et le Grand Vaux, Charaintru, Balisy et une partie de Juvisy. Les bénédictins y possédaient un grand manoir avec maison seigneuriale, cour et jardin, chapelle, grange, étable, prison et arbre de justice, pressoir et moulin à blé bâti sur l'Orge.

Après les guerres de religion de 1562, tout est brûlé, rasé, puis vient une période de relative tranquillité, et Epinay conserve une configuration que l'on retrouve encore partiellement, comme en témoignent le chemin de l'Eglise vers la rue Fillemin, la ruelle du Four, le chemin du Rû Guillaume (l'actuelle rue des Meuniers, les Roulles, les Sablons, les Follets, les Héribettes, etc.).

Au XVIe siècle, une maison bourgeoise s'élève au cœur d'Epinay, elle est transformée un siècle plus tard en un château à deux étages (l'actuelle Mairie), bâti entre cour et jardin, au milieu d'un domaine planté de bois et de bosquets. Son châtelain possède les droits de « haute et basse justice, de fourches patibulaires, de dîme, de pêche dans l'Orge et dans l'Yvette ».

Vers 1750, l'Eglise menaçant ruine est restaurée et agrandie aux dépens du cimetière d'alors, comme en témoignent les inscriptions gravées sur les côtés du porche.

Puis, c'est la Révolution. Les privilèges sont abolis. Une salle, bâtie sur la droite de l'Eglise, abrite en 1792 la première Mairie d'Epinay. Deux des trois cloches sont fondues à la monnaie en 1793. L'église n'en possède plus qu'une, la plus grosse, baptisée Marie. La commune d'Epinay et ses 750 habitants dépendent du département de Seine et Oise, du district de Corbeil, du Canton de Montlhéry.

Les Temps modernes

Epinay, bourg agricole, où l'on cultivait un vin à 8° - une de nos rue s'appelle toujours la rue des Vignes – va voir sa configuration se transformer, vers 1800, de la route de Villemoisson à Longjumeau, qui provoque un déplacement de la population, l'implantation de nouvelles constructions le long de cet axe, et l'abandon des maisons voisines du Château.

En 1827, la Mairie s'installe dans une maison partagée au début avec le presbytère et l'école, à l'angle de la rue du Four, actuellement rue P. Brossolette.

Un peu plus tard, elle séjournera dans les locaux de l'actuelle résidence Colin de Verdière (logements pour les sapeurs pompiers)..

L'essor de la commune d'Epinay est apporté en 1843 par l'arrivée de la gare. En 1869 est inauguré l'asile de Vaucluse dont les bâtiments sont toujours présents au sud de la commune. Le recul progressif de l'agriculture et la proximité de Paris permettent le développement progressif des résidences secondaires.

L'achat en 1866 du château par la duchesse de Carafa marque durablement la forme de la ville. Les deux grands parcs (117 hectares clos de murs) qui sont alors créés interdisent toute urbanisation dans le centre et aux environs de l'Eglise. L'habitat se développe progressivement autour, déplaçant le centre de la ville. Ce n'est qu'en 1923, à la mort de la duchesse de Carafa que la croissance urbaine reprend, la vente de ses biens libérant une grande partie du territoire communal.

Vers 1880, le chemin de fer Paris-Orléans, avec 24 passages par jour (56 en 1890), va apporter à Epinay une nouvelle population d'ouvriers, d'employés, de fonctionnaires, grâce à la construction du viaduc de l'Orge et de la gare.

Les premières écoles sont créées en 1889 et 1905.

Le 1er avril 1927, le Conseil municipal emménage dans le château d'Epinay, cédé le 1er janvier par les héritiers de Madame Carafa.

En 1938, la poste est créée. Peu à peu, champs de blés, prairies et parcs morcelés, font place à de nouvelles constructions : lotissement du Mauregard en 1963 – Domaine de l'Yvette en 1980.

La commune d'Epinay-sur-Orge n'a pas suivi un développement classique sous forme radioconcentrique avec une extension progressive autour du centre. L'intervention de la duchesse de Carafa, la démolition du bâti existant et le gel de terrains situés au centre de la ville ont retardé le développement du centre. En 1927, le rachat de ces terrains par la municipalité permet leur ouverture à l'urbanisation mais l'allée centrale plantée de tilleuls est conservée. En 1933, est créé le lotissement de la Terrasse, au nord de la commune.

Epinay est maintenant une petite ville de 10 261 habitants (au 1er janvier 2010) et de 444 hectares, bien desservie par la SNCF, la proximité de l'autoroute et de la RN 20, dotée de tous les équipements modernes. Elle a su, cependant, conserver son charme et sa tranquillité de village, grâce aux efforts de la Municipalité et de la population, sensibles à la sauvegarde de leur patrimoine.

 

Flash info

Agenda

<<  Décembre 2018  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
       1  2
  3  4  5  6  7  8  9
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

No current events.