Découvrir Epinay > La morphologie urbaine et l'occupation du site
  • epinay-sur-orge-slide-1.jpg
  • epinay-sur-orge-slide-2.jpg
  • epinay-sur-orge-slide-3.jpg
La morphologie urbaine et l'occupation du site

Les infrastructures

La ville d'Epinay-sur-Orge est bordée par d'importantes infrastructures de transport routières et ferrées qui suivent les vallées de l'Orge et de l'Yvette.

Le territoire communal est délimité à l'est par le passage de l'autoroute A6 qui longe la vallée de l'Yvette. Parallèlement à cet axe et sur l'autre rive de l'Yvette, la voie ferrée de la liaison vers Paris borde les lotissements du Mauregard et du Petit Vaux.

Le sud de la commune est bordé par la voie ferrée de la Grande Ceinture Ferroviaire, future tangentielle sud, située sur la rive sud de l'Orge.

L'autoroute et le nœud ferroviaire constituent les principales infrastructures qui bordent Epinay-sur-Orge. Le nord et l'ouest de la commune ont conservé un aspect plus agricole, du fait des réserves foncières de la Coulée Verte notamment.

Les voies et la structure urbaine

Quartiers

La commune d'Epinay-sur-Orge s'organise en différents quartiers, en fonction des époques de construction et de la typologie du bâti. Le programme de référence élaboré en 2003 distingue ces différents quartiers qui forment des secteurs de cohérence de l'organisation urbaine :

Centre-ville- le centre-ville, qui s'organise autour de l'hôtel de ville et de la Grande Rue. Il est composé d'un bâti ancien de petit collectif dense.







Le Breuil- le Breuil, qui constitue l'autre quartier ancien d'Epinay-sur-Orge, en limite sud ouest de la ville







- le Temps des gares, qui correspond à la pointe sud-est de la ville. Il s'agit d'un quartier pavillonnaire développé à la fin du XIXème siècle et dans la première moitié du XXe siècle avec l'arrivée du chemin de fer.

Les Terrasses- Les Terrasses, qui datent des années 1930, et le Mauregard et les Bas-Follets, quartiers du nord de la commune construits dans les années 1960, en extension du centre-ville, à l'est et à l'ouest de la Grande Rue.






- La ville-parc, qui forme une ceinture d'habitat pavillonnaire autour du centre-ville et le relie au quartier de la gare. Il s'est développé de la fin des années 1960, quartier de l'Orme Quesneau en 1967, aux années 1980, quartiers des Hauts Graviers à l'est.

Vallée de l'Orge- La vallée de l'Orge : il s'agit du secteur sud de la commune, en bordure de l'Orge. Il regroupe des programmes d'habitat récents et des équipements sportifs.






Les Templiers- Enfin, il convient de signaler le quartier des Templiers, le plus récent de la ville. Situé en limite nord du site opérationnel de la Croix Ronde, il regroupe un vaste parc de loisirs, un programme d'habitat individuel et un programme d'habitat collectif social.





Le développement progressif de la ville a conduit à son organisation en lotissements successifs, constituant autant de quartiers d'habitat témoignant de différentes époques. Il faut néanmoins souligner la présence d'équipements importants.

Une vaste parcelle au sud de la commune est occupée par l'ancien centre hospitalier spécialisé du Perray-Vaucluse qui dépend de l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris.

La structure foncière

Compte-tenu de la nature essentiellement résidentielle de l'occupation des sols à Epinay-sur-Orge, la commune compte un important parcellaire privé, de maisons individuelles, regroupées sous forme de lotissement.

Le foncier du centre de la ville, autrefois propriété de la duchesse de Carafa a été racheté par la mairie d'Epinay-sur-Orge en 1927 pour procéder à son aménagement. Cette importante maîtrise foncière a permis de conserver des espaces publics qualitatifs en centre-ville, formés notamment par l'allée de Tilleuls conduisant à la mairie.

Les terrains occupés au sud de la commune par le centre hospitalier du Perray-Vaucluse sont propriétés de l'établissement public du Perray-Vaucluse, qui dépend de la Ville de Paris.

Le patrimoine bâti

Le centre d'Epinay-sur-Orge regroupe un bâti ancien et quelques constructions remarquables. Un habitat collectif de petite hauteur s'organise autour de l'hôtel de ville et de la Grande Rue. Le bâtiment de la mairie date du milieu du XVIIIe siècle. A proximité immédiate se trouve l'église Saint-Leu Saint-Gilles avec un confessionnal du XVIIIe siècle et un facteur d'orgue Merklin construit en 1868.

D'autres constructions anciennes sont présentes dans le quartier du Breuil, qui avec le centre-ville, forme le deuxième quartier ancien d'Epinay-sur-Orge. Il s'agit en majorité d'habitat collectif et individuel groupé.

Plus loin, le château de Sillery, le château des Tourelles et le centre hospitalier du Perray-Vaucluse présentent des formes architecturales remarquables, des XVIII et XIXème siècles.

Le reste du patrimoine d'Epinay-sur-Orge est surtout constitué des maisons d'habitation construites dans l'entre deux guerres, souvent en pierre de meulière. Elles créent une forme urbaine caractéristique des villes périurbaines d'Ile de France. Le développement urbain de la commune au cours du 20e siècle introduit une hétérogénéité architecturale, les pavillons en meulière caractéristiques de l'Ile de France étant progressivement remplacés par des habitations en parpaings recouverts d'enduit.

Les sites classés et inscrits

Borne de l'an II- la Borne de l'An II installée dans le Parc de la Mairie. On distingue le bonnet phrygien, symbole de liberté, posé sur la pique, l'arme des sans-culottes. Cette borne, encastrée avant sa démolition dans le mur clôturant le parc du château de Grand-Vaux a failli être transportée dans la cour de la bibliothèque municipale de Versailles dans les années 1930.

- Le Parc du domaine de Sillery, pour partie, a fait l'objet d'un arrêté du Préfet de la région Île-de-France, le 4 décembre 2006, portant inscription au titre des monuments historiques.

Le traitement des espaces publics

La nature du traitement des espaces publics d'Epinay-sur-Orge est liée à la fonction essentiellement résidentielle de la commune. Par la présence de lotissements, celle-ci compte de nombreux espaces publics au statut privatif, qui assurent uniquement une fonction de desserte des habitations qui les bordent.

Les voies du centre et des premiers quartiers résidentiels de la commune accueillent des plantations d'alignement. Celles-ci sont nombreuses et composées d'arbres de hautes tiges. Les trottoirs sont souvent engazonnés. Ces aménagements sont assez caractéristiques des quartiers résidentiels développés par agrégats de lotissements. Ce mode de traitement contribue à créer des espaces publics de bonne qualité, notamment grâce à la présence nombreuse et à la bonne tenue des plantations.

 

Flash info

Agenda

<<  Décembre 2017  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
      1  2  3
  4  5  6  7
1114
18212324
252628293031